unfi
Union Nationale de la Facture Instrumentale

Le Flageolet

Le flageolet français

Le flageolet est un instrument à vent de la famille des flûtes "à biseau". Il a six trous, dont quatre sont placés devant et deux à l'arrière. L'octaviation (l'accès aux notes aiguës) se fait comme à la flûte à bec, en ouvrant partiellement le trou de pouce le plus haut.
L'instrument serait né pendant le XVIe siècle. Il est mentionné pour la première fois en 1581, lorsqu'il est joué dans Le Ballet Comique de la Royne. Thoineau Arbeau le cite en 1589 dans son Orchésographie et signale qu'il est parfois utilisé par les soldats à la place du fifre.
La première description complète se trouve dans l'Harmonie Universelle (1637) de Marin Mersenne,accompagné d'un dessin et d'une tablature.

un flageolet du XVIIIe siècleun flageolet anonyme en ivoire du XVIIIe siècle (Cité de la Musique, Paris)

Le flageolet s'est exporté dans différents pays européens, et le première véritable méthode "The Pleasant Companion" de Thomas Greeting est publiée en Angleterre en 1675. En 1700 Jean-Pierre Freilhon Poncein fait paraître "La Véritable Manière d'Apprendre à jouer en Perfection du Haut-bois, de la Flûte et du Flageolet" ouvrage dans lequel il accorde la même importance aux trois instruments.
Nous trouvons dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Allembert (1751 - 1772) un article sur le flageolet où il est question d'un gros flageolet et d'un flageolet d'oiseau, ce dernier, plus petit, étant destiné à apprendre à certains oiseaux en cage à chanter des airs à la mode.


Le gros flageolet vu par DiderotNous voyons aussi dans l'Encyclopédie un première description de la Pompe, un porte- vent placé en amont de l'embouchure, ayant une influence bénéfique sur la sonorité.

la pompe assemblée

la pompe démontée

Il est écrit dans plusieurs méthodes du XIXe siècle que la sonorité des flageolets à pompe est plus agréable que celle des flageolets à bec, et que le musicien peut éventuellement y placer une éponge pour absorber la condensation.

Alors que la flûte à bec a quasiment disparu après l'époque baroque, le flageolet, en raison de sa sonorité et de son volume particuliers, a continué à trouver une certaine place dans le monde musical.

L'instrument prend son essor au XIXe siècle et trouve sa place entre autres dans les ensembles qui animent bals et autres festivités.
Dans son Manuel du Tourneur Bergeron explique comment le fabriquer, ce qui suggère qu'il jouissait alors d'une certaine popularité.

flageolet français  un flageolet à pompe du milieu du XIXe siècle de Prudent Noblet (collection particulière)

Comme les autres instruments à vent de l'époque,  les flageolets se dotent de clés pour faciliter le jeu des notes altérées, certains d'entre eux étant même équipés d'un système Boehm.

un flageolet à cinq clés  un flageolet à 5 clés du XIXe siècle de Halary (collection particulière)

un flageolet système Boehm  un flageolet à système Boehm de Ch. Roy (collection particulière)

L'instrument tombe en désuétude au début du XXe siècle, à l'aube de la Grande Guerre. Parce qu'il avait été beaucoup joué on trouve encore aujourd'hui de nombreux flageolets originaux.

 

Le flageolet anglais

Vers le début du XIXe siècle est apparu en Angleterre un autre type de flageolet, diatonique, avec six trous devant, et parfois un trou de pouce derrière. A partir de là une distinction devait se faire entre le flageolet français, l'instrument historique, et ce nouveau flageolet anglais destiné surtout aux musiciens amateurs, car il était relativement facile à jouer. Pour faciliter le jeu le nom des notes était gravé à côté des trous correspondants sur certains de ces flageolets, et des picots d'ivoire pouvaient être placés entre les trous pour guider les doigts.

flageolet Anglais  un flageolet anglais de William Bainbridge (collection particulière)

L'instrument était généralement muni d'un porte-vent, plus petit que la pompe des instruments français, destiné simplement à contenir une éponge pour absorber la condensation et portant le nom de sponge chamber.

Le flageolet anglais a donné naissance au "penny whistle", facile à produire grâce à l'amélioration à cette époque des techniques de fabrication du fer blanc.

 

Le flageolet d'oiseau

Le flageolet d'oiseau est un tout petit instrument à la sonorité aiguë utilisé principalement au XVIIIe siècle et au début du XIXe pour enseigner des airs à la mode aux oiseaux en cage, sans doute pour en augmenter la valeur vente. Cette pratique est attestée dans plusieurs documents, dont The Bird Fancyer's Delight (ca 1717) en Angleterre et le Nouveau Traité des Serins de Canarie (1785) de Hervé de Chanteloup en France.

L'instrument est cité dans l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert.

 

un flageolet d'oiseau anonyme du XIXe siècle (collection particulière)